Monsieur Jean DUGAST

 

Je suis né le 1er septembre 1932, à PORNIC, Loire Atlantique(44). Fils de Lucien DUGAST adjudant-chef des Troupes Coloniales, et de Paulette RAIMBAUD, sans profession.

En 1935 je pars avec ma mère à bord du BRAZZA pour Pointe Noire et ensuite rejoindre mon père à BANGUI où est née ma sœur Simone.

Le 19 avril 1939 nous partons à bord du Cap PADARAN pour l’Indochine où mon père est muté à Savannakhet, Laos. Naissance de ma deuxième sœur Suzanne.

Nous sommes fait prisonnier par les Japonais le 9 mars 1945 et déportés avec ma mère et mes deux petites sœurs au camp de prisonniers civil de VINH, Centre Annam, du 20 mars 1945 au 17 juillet 1946. Libéré par les troupes du Général LECLERC, nous regagnons SAÏGON où nous retrouvons mon père qui venait d’être libéré.

Nous regagnons la France par le paquebot « Ile de France » encore équipé pour les transports de troupes, le 26 août 1947.

Après mes études je m’engage le 4.05.1951 pour 3 ans dans l’Armée, au titre de l’Ecole d’Application du Matériel de FONTAINEBLEAU.

Je suis nommé Maréchal des Logis le 15.04.1952 avec le brevet de chef de section et le C.I.A.

Volontaire pour servir en Indochine, j’embarque le 4.06.52 à bord du SS CAMPANA qui me débarque à SAÏGON le 27.06.52.

Je suis affecté au 3éme BRM, puis à la 61éme Compagnie de Q.G, où je passe mon brevet d’opérateur radio, ensuite, le 1er octobre 1952 je regagne le 2é RIC, 1er Bataillon de Marche, le 17 mai 1954 je suis affecté au 2é BRGM en attente de mon rapatriement en France qui a lieu le 11.09.54 par un avion d’AIGLE AZUR. Nous atteignons le BOURGET après un voyage de 37H00.

En fin de congé « dit colonial » je suis affecté à l’Ecole Militaire Préparatoire Technique de Tulle, comme instructeur, du 25.12.54 au 30.12.55, avec un stage au Groupe d’Hélicoptères N° 1 de Satory, du 6.12.55 au 30.12.55.

Désigné pour servir en Algérie et affecté à la 758é Compagnie de Munitions qui ravitaillement les Troupes de l’Est Algérien, du 31.01.56 au 1er mars 1958, date à laquelle je quitte l’Armée.

CITATIONS ET RECOMPENSES MILITAIRE.

Croix du combattant volontaire, barrette Indochine (N° 81.846 du 8.09.81 JO du 13.09.81)

Témoignage de satisfaction n° 18.719, du 7.7.54, FTEO.

DECORATIONS.

Croix du Combattant.

Titre de Reconnaissance de la Nation n° 45/149.976 du 15.10.96.

Médaille Coloniale agrafe E.O

Médaille Commémorative Indochine.

Médaille maintien de l’Ordre en Algérie.

Ordre National du Mérite le 18 juin 2010

PERIODE CIVILE.

Après avoir quitté l’Armée Je suis embauché de 1958 à 1960, en qualité de d’AGENT D’EXPLOITATION, à la Sté TRAPIL (Transport Pétrolier par pipe-line) qui ravitaille, au départ de DONGES Loire Atlantique, les Troupes de l’OTAN basées en Allemagne.

Après un stage au BRP (Bureau de Recherche du Pétrole) je suis muté à la Compagnie d’Exploitation Pétrolière (CEP), comme CHEF DE POSTE sur sonde de forage EMESCO 800, à IN-AMENAS( SUD SAHARA) de 1960 à 1962.

De 1962 à 1972, je rentre au service de la Sté ELF comme chef du champ pétrolier de TCHENGUE au GABON, puis comme chef du terminal pétrolier du Cap LOPEZ.

Suite aux nationalisations Algériennes ELF se retrouve avec un surnombre de personnel. J’accepte le plan de licenciement.

Je m’installe en Sologne comme hôtelier restaurateur, à NEUNG/S/BEUVRON.

En 1982, je vends cette affaire pour rentrer comme contremaître de fabrication à la Compagnie Européenne d’Electro Ménager, située à St Jean de La Ruelle, 45140.

Je prends ma retraite le 1er septembre 1992

VIE ASSOCIATIVE.

J’ai adhéré à l’ACITOE en octobre 1982.

Je suis nommé secrétaire en 1989 et Président depuis janvier 1995.

AU TITRE COMMUNAL

J’ai été nommé en Janvier 2009, par Monsieur DRUELLE, Maire de la commune de St Quentin/S/Sauxillanges, comme membre du CCAS de la commune (Hors Conseil Municipal)

Portrait du mois